1998 Désillusion

La fête aurait dû donner un nouvel élan au club et finalement c’est le contraire qui se produit.
Quelques joueurs clés s’en vont à Vevey, chez les wolfpacks entraînés par Luis Samaniego et Jacques Rioux.
Les Rhinos remportent tout de même leur premier match, ce qui permettra à
Bernard de marquer in extremis son seul touchdown, mais connaissent la défaite lors des deux suivants.

Pour la dernière rencontre face à Vevey, on fait appel à d’anciens joueurs comme Stöcklin et Prosperetti pour étoffer l’effectif mais ça ne suffira pas. Le moral n’y est plus, le nombre de joueurs diminue et le comité décide, après discussion avec tout le monde, de retirer l’équipe.
Les Rhinos se retireront également de la fédération SAFV pour des raisons financières.

 

1999-2004 Navigation à vue

Plus de président, plus de comité, Bernard, vice-président depuis 1992, s’occupe des affaires courantes avec les deux rescapés Alain et Pierre-Alain. Grâce à eux les Rhinos sont toujours présents à carnaval et le club ne s’éteint pas complètement.

Diverses tentatives sont faites pour recréer une équipe sans jamais arriver à plus d’une quinzaine de joueurs et à l’aube de l’année 2005 il n'y a plus que 5 ou 6 jeunes de moins de 16 ans s’adonnant au flag football. Peut-être bien que si un papa n’avait pas décidé de garder une activité de flag afin de trouver une occupation sportive à Joël le club n’existerait plus, qui sait….

 

2005 La renaissance

Si les Montheysans végètent un peu il n’en est pas de même partout en Suisse Romande.
Un club s’est formé à Fribourg, avec Louis Samaniego, encore lui….., un autre à la Tour-de-Peilz, et d’autres du côté de Nyon et Yverdon.

Sous l’impulsion de Frank Pfyffer et Chris Schilling une fédération romande voit le jour, la NSFL.
Contact est pris avec le club des Rhinos, afin de l’encourager rejoindre cette fédération.

Bernard n’est pas très chaud au début, ne pouvant pas aller bien loin avec ses quelques joueurs, mais les anciens, Fabrice Chervaz, Stephane Chappuis, Raphaël Curchod, Philippe Guinnard, Daniel Schlaeppi, et Giorgio Mancuso s’approchent de lui pour l’assurer qu’ils sont prêts à rechausser leurs crampons, s’étant enfin rendu compte que la vie sans les Rhinos et le football américain était finalement très ennuyeuse. Lors de la première assemblée, les petits juniors se retrouvent face à une alignée de vieux grognards dignes des plus vieilles campagnes napoléoniennes.

Une génération les sépare mais on décide quand même d’en faire une équipe.

Le premier championnat se joue heureusement à 8, mais pour certains matchs les Rhinos alignent à peine une douzaine de joueurs. Peu de chance de victoire, d’autant plus que la plupart de leurs adversaires ne se gênent pas d’utiliser des renforts venus d’équipe SAFV. Les Montheysans ne s’en formalisent pas, ils ont le temps devant eux et leur but est avant tout la formation.