1989 ENTREE DANS LE CHAMPIONNAT DE LNB

Pour préparer ce premier championnat, Bernard a la brillante idée d’organiser un match face à une équipe de ligue B « à leur portée » : les Bay Bandits de Zürich. Hélas, les Suisses-Alémaniques reviennent d’un camp en Italie, disposent de 40 joueurs et sont parfaitement rodés. Ils infligent aux Rhinos une casquette mémorable de 80-0, qui sera à l’image de ce que les Montheysans subiront tout au long de la saison, dans leurs premiers contacts face à l’élite suisse.

Pour se renforcer, tous les moyens sont bons. Samuel « Robocop » Défago et Jean-Claude Ricome, un Français expérimenté, n’ont pas encore de licence pour le premier match. Qu’à cela ne tienne, une photo faite à la sauvette, à la lumière des projecteurs et sur Polaroïd fera l’affaire. Tout est en règle pour recevoir les Geneva Seahawks. Cela sera loin de suffire et les Montheysans s’inclineront par 59-0.

La suite du championnat ? défaites 26-0 et 27-0 face à Lausanne et 56-6 à Genève. Les Rhinos n’auront pas démérité lors de ce dernier match. A quelques minutes de la mi-temps, les 14 rescapés tiennent la dragée haute aux Seahawks et ne sont menés que par 8-6, Pierre-Alain Schweizer ayant marqué l’unique touchdown du championnat. La fatigue aidant, les Montheysans perdront pied sur la fin, mais ce match sera plein de promesses pour l’avenir.

 

Pour ne pas finir la saison sans succès, les Rhinos se mesurent une nouvelle fois aux Alligators en match amical et s’imposent cette fois par 57-0. Benoît Bosi réalise l’exploit de marquer 5 touchdowns.

 

L’American Bowl a lieu cette année-ci à Berlin. Frank Stöcklin s’occupe de l’organisation et trouve un merveilleux hôtel, dont le nombre d’étoiles a du lui échapper, fort bien situé dans les rues chaudes de la capitale. Stéphane Donnet, Alain Valvona, Joseph Pellegrino, ainsi que quelques amis du club font partie de l’expédition. Certains rapporteront plus de souvenir des geôles berlinoises que du match lui-même. Pour sa part, Joseph réussira l’exploit de rater toutes les meilleures actions de la rencontre, sa boulimie l’entraînant aux stands d’hamburgers à chaque fois qu’une équipe marque un touchdown !

 

Le dimanche 5 novembre, les Montheysans sont connus dans toute la Romandie ! ! !

 

Benoît les a en effet inscrits à l’émission TV de Jean-Charles Simon : « Nous y étions ».

Michel Bréganti défend les couleurs montheysannes et tombe sur le seul sujet qu’il n’aurait jamais voulu aborder : le football.

Il s’en sort malgré tout brillamment et fait tomber dans l’escarcelle des Rhinos la coquette somme de 6'200 francs. Juste ce qui leur manquait pour s’offrir un nouveau jeu de maillots.

 

La saison n’en est pas finie pour autant. Un match qui ressemble plus à un combat dans la boue face aux Zug Dolphins (6-16) et surtout une première rencontre face à un sociétaire de LNA , Bienna-Jets. Les Rhinos ne s’en sortent pas si mal et ne s’inclinent que par 12-36 face aux vice-champions suisses 1988.

 

Le 25 novembre restera comme l’un des plus beaux souvenirs dans l’histoire du club si l’on en croit les plus anciens qui ne ratent pas une occasion pour en raconter certaines péripéties.

Les Rhinos sont invités par les Pirates de Nice pour une rencontre au profit de SOS Leucémie. On passera sous silence les activités nocturnes et les libations partagées avec leurs adversaires dans une taverne locale pour se concentrer sur le match.

Les Rhinos s’inclinent, non sans avoir opposé une très bonne résistance, par 28-14 (deux touchdowns de Schweizer). Les Français n’ont pas assez d’arbitres et c’est Jacques Robert qui prendra la direction de la partie dans ce qui sera certainement le plus long match jamais disputé par les Montheysans. Il commence en plein après-midi et se termine à la lumière des projecteurs, Jacques ayant semble-t’il enfin retrouvé sa montre pour donner le coup de sifflet final.

L’ambiance durant ce séjour sur la Côte d’Azur a été mémorable grâce aux nombreux accompagnants qui ont fait le voyage avec les joueurs. Le chauffeur du bus, un Anglais très sympathique du nom de Gordon, poussera la gentillesse jusqu'à garder le chien d’Eric durant le match. Ce dernier (le chien) le remerciera en lui cassant une côte. Rocky serait-il dressé pour fournir des patients à son ambulancier de maître ?