1991 ENTRAINEUR PROFESSIONNEL ET EQUIPE JUNIOR

Après cette participation au tour final, les Rhinos se découvrent de l’ambition et décident de placer la barre plus haut. Pour y parvenir, deux grandes décisions : former une équipe junior et surtout donner une touche de professionnalisme au club en engageant un entraîneur canadien : Jacques Rioux.

 

Comment est-il rentré en contact avec le club montheysan ? Et bien à peu près comme le Journal de carnaval « le Bout-Rions » l’annonçait : en rencontrant l’équipe dans une cabine téléphonique de St-Triphon.

En fait d’équipe, il s’agissait du patron du restaurant de la Tour de St-Triphon, Daniel Juriens. Le futur entraîneur montheysan y passait quelque fois des vacances, son épouse étant originaire de la région.

 

Sa première tâche est d’apprendre ses expressions les plus typiques à ses futurs joueurs, telles « tabernacle » et« excellent ».

 

Le recrutement des juniors est un vrai succès et on les équipe avec du matériel venu tout droit du Canada pour quelques dollars. Les seniors s’engagent à venir s’entraîner plus régulièrement. Les séances se terminent par les fameuse « spéciales », mélange de punitions pour les tire-au-flanc et de récompenses pour les plus motivés. Tout est prêt pour une saison à succès.

Pour les matches amicaux, on ne lésine pas sur les adversaires : deux équipes de Ligue A. !

Face à Bienne, les Rhinos s’inclinent par 26 à 28 et deux joueurs ressortent déjà du lot parmi les juniors incorporés : Paul Paiva et Pascal Navarro.

Pour le dernier match de préparation, on prend encore plus difficile : Zürich Renegades, double champion suisse.

Les Rhinos connaîtront leur premier terrain synthétique et certains garderont les traces de graviers sur leur épiderme jusqu’en fin de saison. Au début de la rencontre, les Montheysans s’alignent uniquement avec leurs juniors. Les Renegades sont censés en faire autant, mais ils ne respectent pas tout à fait ce qui avait été convenu et Jacques est bien vite forcé d’aligner sa première équipe qui va largement malmener les Suisses-Alémaniques.

A la mi-temps, les Rhinos mènent par 14 - 8 et s’ils s’inclinent finalement par 42 - 20, ils auront prouvé que leur équipe était parfaitement à même de tenir la route.

 

La première rencontre de championnat face aux Gladiators de Raurika sera un modèle de suspense et restera comme l’un des meilleurs matches disputé par les Valaisans. Sur la première action, Bosi marque sur une course de 61 yards. Malgré ce bon départ, les Rhinos se laissent dépasser et sont menés 6-16 à la mi-temps. Les « coups de gueule » de Jacques les ramènent à la réalité et la seconde période voit une équipe décidée reprendre la partie. Leur Quarterback, Frédéric Barman, marque à deux reprises, dont la dernière à .... 2 secondes du coup de sifflet !

La suite du championnat sera bien moins heureuse. Défaite à Lausanne par 28-0 et surtout revers incroyable à Aarau par 19-16. Les Rhinos sont menés 13-0, reviennent à 16-13 en leur faveur, ratent une demi-douzaine d’occasions et, en fin de partie, négligent les consignes de leur coach pour encaisser un touchdown à la dernière minute : l’une des plus bêtes défaite de leur histoire. En plus la malchance s’en mêle et l’équipe compte plus d’une dizaine de blessés depuis le début du championnat Pour la revanche à Raurika, elle doit se passer en plus de son QB, de son meilleur coureur et meilleur receveur. La mission est impossible et le match est perdu par 6-28. Les Montheysans se reprennent face à Lausanne (courte défaite 0-6) et surtout infligent une cinglante revanche à des Argoviens complètement dépassés (26-0).

 

Echéance suivante : Mendrisio Smugglers, un épouvantail qui lamine ses adversaires sur des scores éloquents : Aarau 109-0, Lugano 65-0, Lausanne 55-0, Winterthur 62-6, et Bienne (ligue A ) 33-6.

De leur côté les petits Montheysans vont être menés 6-27 à la mi-temps, revenir à 18-27, faire douter leurs adversaires et finalement ne s’incliner que par 18-34. Presque une demi-surprise.

La fin du championnat n’est plus que du remplissage, toute ambition au classement étant désormais envolée.

Une formation composée en majorité de juniors s’incline 7-43 à Wintherthur (7-11 à la mi-temps). Les Grizzlies de Berne s’imposeront 21-0 avant un fameux dernier match à Lugano.

Ce déplacement ressemblera plus à une sortie de club qu’à une rencontre officielle. Le car montheysan parti la veille est bourré (de monde), Bartek le polonais également, et tout le monde s’occupe comme il peut jusqu'au lendemain. Les poids légers de l’équipe, Joseph Pellegrino, Stéphane Donnet, Jean-Richard Gex et Patrick Bastardoz jouent un remake du Titanic sur pédalo et l’équipe se présente dans les meilleures conditions au moment de la rencontre. La chaleur est étouffante, il faudra 2 réservoirs d’eau pour rassasier Bernard mais malgré tout, les Montheysans s’imposent 37-34 grâce à 4 réussites de Bosi et une de Gianadda. Jacques Robert, de retour pour quelques jours du Canada, réussira l’exploit de se faire expulser du terrain sans même faire partie du contingent des joueurs.

Ce sera le dernier match sous la direction de Jacques Rioux, dont le passage aura permis d’améliorer la technique des joueurs et surtout l’éclosion des juniors.

Les Montheysans poursuivront la saison par deux victoires en matches amicaux : 30-0 chez les Turgovia Lions et 18-0 face à Lugano et une défaite de dernière minute (6-8) face à leurs amis et voisins de Thonon.

.

Pour 14 d’entre eux, à savoir Bosi, Gianadda, Schopfer, Donnet, Pellegrino, Rey, J-R Gex, Ch. Gex, Bastardoz, Guinnard, Moinat, Ruffin, Burki et Valvona, accompagnés des soigneurs Demierre et Ducret, tout n’est pas encore terminé. Ils se joignent à une douzaine de Lausannois pour former une sélection romande et répondre à l’invitation des Phocéens de Marseille. Ces derniers ont en effet organisé le 1er US Navy Bowl, en l’honneur du porte-avions américain USS Forrestal, de retour de la guerre du golfe. Les Suisses auront l’honneur de rencontrer une sélection de Marines dans un match de touch football, avant de s’opposer aux Marseillais au stade Vallier, devant 2000 spectateurs, dont les consuls américain et suisse.

Tout est mis en oeuvre pour la fête. Fanfare américaine, hymnes nationaux, présentation individuelle de chaque joueur et présence d’une grande partie de l’équipage du porte-avions..

Les Phocéens, renforcés par 5 américains qui marquent tous les points de la rencontre, s’imposent par 25-0.

Merveilleux souvenir malgré tout pour tous ceux qui ont eu la chance d’y participer.