1994 L’ANNEE DES JUNIORS.

Pour jouer au plus niveau, une condition : disposer d’une équipe junior.

En quelques mois, les dirigeants réussissent à mettre sur pied une formation de 25 juniors, dont certains comme Fabrice Chervaz, Daniel Marchesi, Daniel Schläppi, et Raphaël Curchod ont déjà joué avec la première équipe. Ces jeunes sont entraînés par Yanik Gianadda, qui a cédé sa place de président à Alain Valvona, et par Stéphane Donnet, Pierre-Alain Schweizer s’occupant de l’équipe senior avec le concours d’Alain Baillifard.

Ce qui caractérise cette formation, c’est sa fidélité aux entraînements (90% de fréquentation) qui ne tarde pas à porter ses fruits : après un mois à peine de préparation en équipement, ils battent les Juniors de Lausanne par 30-16 au cours de leur premier match amical.

En championnat, ils obtiendront des résultats tout aussi satisfaisants :  20-6 et 24-14 contre Lausanne, 44-14 contre Pratteln, 28-6 face à Berne, 2 victoires par forfait contre Bienne, pour 2 défaites seulement face à Genève (invaincu depuis 2 saisons) 6-46 et 0-34. Tout ceci les classe au 4ème rang du championnat, à égalité de points avec St-Gallen Raiders. Les St-Gallois ont une différence de « buts » supérieure aux Montheysans et se qualifient ainsi pour les play-offs à l’issue desquels ils remporteront le titre national !

Dans la foulée, deux Montheysans, Raphaël Curchod et Fabrice Chervaz seront retenus en équipe nationale.

 

Et les seniors ? Et bien, en fait, ils jouent surtout pour permettre au juniors de participer au championnat. En effet, ils n’ont pas vraiment réussi à se renforcer, ont même perdu quelques joueurs au profit de leur 2ème garniture et trouvent en face d’eux des équipes alignant souvent plusieurs Américains ou joueurs étrangers.

Pour la plupart des seniors, ce championnat aura été très frustrant avec son lot de défaites. La dureté de l’opposition forcera Joseph Pellegrino, un des piliers de l’équipe, à prendre sa retraite après s’être fracturé une côte lors du second match déjà.

Résultats : Lausanne 0-14 et 0-47, Genève 0-50, Bienne 0-52 et 8-50, Pratteln 0-40.

Avant la saison, les dirigeants savaient à quelles difficultés ils s’exposaient en acceptant de participer à ce niveau, mais c’était le seul moyen de se forcer à aller de l’avant. Sans l’éclosion de l’équipe junior, l’avenir du club aurait été sérieusement hypothéqué.

Finalement, avoir participé une fois au moins au championnat de Ligue Nationale A ne fait pas si mauvaise impression sur une carte de visite !

 

A partir de cette année, et remis à une place correspondant plus à leurs moyens, les Rhinos finiront toujours leurs saisons sur des fiches positives et connaîtront bien plus souvent qu’à leur tour les joies de la victoire.